« L’affaire Lip »: l’autre possible; l’autre solidarité; l’autre société…retour sur un temps

Document de la CFDT

Le document présenté ici est un courrier, daté du 13 juin 1973, du représentant de l’union locale CFDT, L. Martin, adressé au secteur confédéral Action revendicative.  source : https://archives.memoires.cfdt.fr/Document-du-moment/p28/L-affaire-Lip-1973

L’ouvrage situe fort bien ce qu’il est convenu d’appeler non pas un événement mais une série d’évenements qui place l’usine Lip comme centre de gravité d’un contexte de lutte que l’auteur décrit admirablement bien. Il nous rappelle que l’usage de ce terme est au paroxisme dans les années 1970 pour ne revenir avec autnat de force qu’en 1989. En l’absence d’un patron les ouvriers de Lip ont occupés l’usine, fabriqué et vendu des montres, et ils se sont payés leurs salaires. L’auteur nous rappele comment la situation de Lip va bientôt passionner la France et la cliver. Lip, nous dit-il va plus loin que « Mai 68 » car les lipistes, selon l’expression de L’Express, remettent en question les fondements de la société libérale et capitaliste.

Les péripéties ne manquent pas dans cette histoire que l’auteur nous raconte en montant qu’à partir de 1974 toute une minorité (minorité socialiste avec Michel Rocard, minorité de partons progressistes, CFDT) s’unie pour tenter une aventure qui échouera en 1976. Lip, après ce second échec devient un emblème, celui d’un autre possible célébré tant par Clavel que par Froissard. Lip, comme le Larzac, était l’espoir d’une autre gauche. Les Lip deviennent même des emblèmes d’une certaine France ; de la résistance, de l’échappement à la hiérarchie. Ce que livre montre avant tout ce sont les rencontres entre le monde intellectuel et le monde ouvrier qui a donné coloration si originale à l’affaire Lip. Un événement unique qui devient même, dans la presse et ailleurs, un « autre Vietnam » nous dit l’auteur. Cette expression faisait surtout référence à l’ouverture, au possible. Au possible de l’autogestion, de la démocratie participative, etc. Il y a chez les Lip, au fond, un présence importante du catholicisme de gauche et de la recherche de la justice sociale. L’auteur s’exprime ainsi :« Les Lip revendiquaient leurs droits dans des termes empreints d’humanisme chrétien : « Le licenciement est la plus grande violence que subit le travailleur. Il est une incarcération dans un monde ou sa valeur et sa dignité ont disparu. » Leur échec est donc aussi l’échec d’une justice sociale, de l’église et d’un certain « vivre ensemble ». Il nous interroge donc encore aujourd’hui!

Le conflit social chez Lip en 1973

https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000000479/le-conflit-social-chez-lip-en-1973.html

Le livre

Retrouvez le livre ici: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=5015

Catégories :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s