Ouest France interroge Pierre-Henry Frangne, nouveau directeur des Pur!

Rennes : Le nouveau directeur des PUR veut « gagner un lectorat plus large »

Pierre-Henry Frangne, professeur de philosophie de l’art et d’esthétique à l’université Rennes 2 depuis vingt-cinq ans, qui travaille sur l’œuvre de Stéphane Mallarmé, la question du paysage et plus précisément du paysage photographique de montagne, a pris la direction des Presses universitaires de Rennes le 1er juillet 2020, communes à onze universités. Il succède à Cédric Michon. Entretien.

Pourquoi prendre la direction des Presses universitaires de Rennes ?

Je suis au comité éditorial depuis une quinzaine d’années, j’y ai créé une collection de livres de philosophie de l’art œsthetica qui compte 80 livres, j’y ai publié plusieurs ouvrages. C’est une institution précieuse pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. C’est aussi la plus grande maison d’édition universitaire en France, créée par Pierre Corbel en 1991 et, qui édite chaque année deux cents ouvrages.

Quels sont vos objectifs ?À court terme, faire sortir les PUR de la crise économique liée à la crise sanitaire. À long terme, je voudrais développer ce que les PUR essaient de faire depuis l’origine, publier des ouvrages exigeants en sciences humaines et sociales, mais de telle manière qu’ils touchent un large public au-delà des spécialistes de l’université. L’édition est le lieu où les sciences se mettent à l’épreuve du regard des autres, donc de la critique, du dialogue, de la controverse. Il faut que les sciences humaines soient pour la société des instruments de connaissance donc de liberté individuelle et collective. Dans un monde contemporain de plus en plus complexe, nous avons besoin d’analyse critique et d’exploration. Dans ce projet, je voudrais également essayer de mettre les PUR à l’ère du numérique, avec des titres et des revues numériques.

Parmi les derniers titres parus ?

Nous avons quelques beaux livres illustrés comme Les vitraux du midi de la France, de Michel Hérold, LU-Une marque à l’avant-garde, par Olivier Fruneau-Maigret, coédité avec Le musée d’histoire du château de Nantes, La critique musicale au 20e siècle, de Timothée Picard, Histoire de Bordeaux de Michel Figeac, L’aventure du réel de Paul Henley autour de l’œuvre du cinéaste Jean Rouch, ou encore Léonard de Vinci à la cour de France de Laure Fagnart, paru à l’occasion du 500e anniversaire de la mort du maître.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-le-nouveau-directeur-des-pur-veut-gagner-un-lectorat-plus-large-6971627

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s